Discours du représentant du corps académique

Allocution de la Professeure Annie Cornet, représentant du corps académique de l’Université de Liège

J’ai accepté de reprendre la présidence de l’association des professeurs à un moment où beaucoup s’interrogent sur sa raison d’être et son devenir. Le défi est de taille mais les nombreux soutiens reçus par les collègues m’encouragent à aller de l’avant.

L’association des professeurs est à un tournant de son histoire, elle doit se réinventer et innover. Le thème de cette rentrée académique et nos invités ne peuvent être qu’une source d’inspiration.

Il paraît évident que le métier de professeur d’université a bien changé même si certains et certaines s’accrochent à de vieilles façons de faire et de penser, à d’anciens privilèges et à des routines.

Nous devons repenser notre identité et nos manières de faire. L’enseignement traditionnel en grand auditoire, attentif et, supposé passionné, me semble un temps révolu. Les étudiants assistent et surtout participent au cours si on les passionne et les intéresse, s’ils ont l’impression d’apprendre des choses qui ont du sens pour eux. La question du sens est au cœur de cette rentrée académique. Il nous faut réapprendre à écouter les étudiants, à les inviter à donner leur avis, à s’impliquer, à s’opposer à nos idées, à ouvrir et à lancer des débats idéologiques et philosophiques, à s’ouvrir à leur environnement social et économique.

Les changements dans notre environnement nous poussent à changer, à être critique, à nous remettre en question. Le nouveau décret paysage nous oblige à repenser la notion de réussite et d’échec et à revoir le parcours des étudiants. Nous devons nous interroger sur le sens de nos méthodes d’évaluation et de sessions d’examen qui mettent les étudiants, et leurs parents et conjoints, au bord de l’épuisement physique et psychologique. Quel peut être l’apprentissage dans de telles conditions ? Je me permets de poser la question.

Nous devons repenser la façon de financer nos recherches et de les diffuser. ORBi (http://orbi.ulg.ac.be) constitue de ce point de vue un effet de levier extraordinaire, qui a cassé les habitudes et les règles de protection des savoirs. Cette logique de partage des connaissances rejoint les valeurs soutenues par nos invités.

Penser autrement et innover, c’est s’entourer de personnes différentes de soi, ce qui me permet de rebondir sur le nouveau mandat créé par Monsieur le Recteur autour du Genre et de la Diversité. Voilà une belle occasion de voir les innovations que peuvent nous apporter plus de mixité et de diversité dans les professions, les services, les départements et les différents niveaux de pouvoir. Encourager et soutenir la diversité c’est lutter contre les inégalités sociales mais c’est aussi reconnaître que la différence est source d’innovation. Trop souvent notre système universitaire encourage la similarité et la ressemblance. Je suis intimement persuadée que c’est une erreur et que cela nous coupe de l’innovation et de la créativité dont nous avons terriblement besoin. Tout cela m’évoque des mots clés comme la tolérance, le respect de l’autre et la bienveillance.

Il faut accepter de nous interroger sur notre profession et notre identité. Je vous invite tous et toutes à être partenaires de ce débat et je souhaite que l’association des professeurs devienne un réel partenaire de la réflexion stratégique au sein de notre Université.