Pierre OUVRARD
Les bandes fleuries soutiennent-elles les pollinisateurs du colza ?

[fontawesome icon= »caret-right » circle= »no » size= »small » iconcolor= »#000000″ circlecolor= » » circlebordercolor= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″]UCL, Faculté d’ingénierie biologique, agronomique et environnementale

[fontawesome icon= »caret-right » circle= »no » size= »small » iconcolor= »#000000″ circlecolor= » » circlebordercolor= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″]Titre de thèse : Services éco-systémiques des bandes aménagées dans le cadre des MAE : effets sur les populations d’insectes pollinisateurs et les rendements des cultures entomophiles de colza adjacentes.

[fontawesome icon= »caret-right » circle= »no » size= »small » iconcolor= »#000000″ circlecolor= » » circlebordercolor= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″]La diminution des populations d’insectes pollinisateurs (tels que les abeilles) est aujourd’hui avérée. Cependant les cultures entomophiles (dont la production de fruits et de graines nécessite la pollinisation des fleurs par les insectes) occupent une part de plus en plus importante de l’agriculture mondiale. Dans le cadre de la PAC, certaines mesures sont mises en place pour essayer de soutenir ces insectes indispensables à notre agriculture et à la préservation de la biodiversité végétale mondiale ; mais quel est l’effet réel de ces mesures sur les insectes et sur nos productions agricoles ?

[fontawesome icon= »caret-right » circle= »no » size= »small » iconcolor= »#000000″ circlecolor= » » circlebordercolor= » » animation_type= »0″ animation_direction= »down » animation_speed= »0.1″]Contact : Pierre OuvrardProfil Linkedin

[youtube id= »f-rBFtbF9m4″ width= »600″ height= »350″ autoplay= »no » api_params= » »]