Thomas ELSAESSER

  • Professeur émérite – Université d’Amsterdam
  • Domaines de recherche : études médiatiques et cinématographiques

Né à Berlin-Charlottenburg en 1943, Thomas Elsaesser fait ses premiers pas universitaires à l’Université Karl-Ruprecht de Heidelberg où il étudie la littérature anglaise et allemande avant de se spécialiser dans ces domaines à l’Université de Sussex et à la Sorbonne. Sa formation initiale l’amène d’abord à enseigner la littérature française et anglaise à l’Université d’East Anglia à partir de 1972. Très vite cependant, ses enseignements s’affranchissent des partages disciplinaires institués et le conduisent à investir le champ naissant des études cinématographiques et médiatiques. Dès 1976 en effet, il fonde un des premiers départements d’études cinématographiques de Grande-Bretagne à l’Université d’East Anglia. Véritable pionnier, Thomas Elsaesser n’aura ensuite de cesse d’ouvrir de nouvelles voies d’enseignement et de recherche résolument transversales.

Nommé Professeur à l’Université d’Amsterdam en 1991, il y crée dans la foulée le premier département d’études cinématographiques et télévisuelles des Pays-Bas et, peu de temps après, l’Amsterdam School for Cultural Analysis (ASCA), avant de prendre en 2001 la direction du programme de recherche et de formation doctorale « Cinema Europe » (UvA & ASCA). On lui doit encore en 2005 la création du Master professionnel international « Preservation and Presentation of the Moving Image », alors que pendant la même période il occupe également des chaires de Professeur invité à l’Université de Stockholm (où il se voit confier la chaire « Ingmar Bergman » en 2005), à l’Université Libre de Berlin, à l’Université de Vienne, à l’Université de Bergen, à l’Université de Tel Aviv, à l’Université d’Iowa, à Berkeley (University of California) et à l’Université de Cambridge. Admis à l’éméritat en 2008, Thomas Elsaesser poursuit ses activités d’enseignement en tant que Professeur invité à Yale (2006-2012) et à Columbia (2013-).

Sa carrière de Professeur, marquée par la transversalité des objets (littéraires, cinématographiques et médiatiques) est également indissociable d’une recherche résolument ouverte. Car si une bonne part des travaux de Thomas Elsaesser trouvent à se déployer dans le domaine des études médiatiques et cinématographiques (selon la tradition allemande et anglo-saxonne des « Film- and Media Studies » et des « Medienwissenschaften » dont il est une des figures de proue), ils se caractérisent aussi par une triple inscription théorique et méthodologique relevant de l’esthétique, des sciences historiques et de la philosophie sociale et politique. Indépendamment de leurs objets (du cinéma des premiers temps au cinéma exposé, des films d’Alexander Kluge à Terminator, des vidéos réalisées par la « Fraction Armée Rouge » à Toy Story, ou encore des utopies urbaines aux nouveaux publics du numérique), les travaux de Thomas Elsaesser forment ainsi les pièces d’une immense chronique des représentations cinématographiques, médiatiques et architecturales du XXème siècle et du début du XXIème siècle qu’ils interrogent inlassablement pour y trouver non seulement les traces de leur contexte de production, mais aussi et surtout les éléments d’une nouvelle problématisation d’enjeux résolument contemporains (image et histoire, représentation et violence politique, pouvoir et cinéma, réalité et représentation numérique, spectacle et construction européenne, nouvelle organisation des espaces urbains, etc.).

Traduits dans plus de dix langues et récompensés par de nombreux prix (« Kovacs Book Award », « Jay Leda Prize », « Lumina Prize », « Lifetime Achievement Award » de la Society for Cinema and Media Studies en 2008), les textes de Thomas Elsaesser ont marqué deux générations de chercheurs par leur articulation entre analyse et démarche critique et par leur capacité à passer outre aux clivages disciplinaires. En raison de l’attachement dont ils témoignent, non seulement à l’interdisciplinarité des études cinématographiques et médiatiques et plus largement de la recherche en sciences humaines, mais aussi à l’esprit des humanités critiques, les travaux de Thomas Elsaesser occupent aujourd’hui une place de choix, concrétisée par plusieurs collaborations scientifiques et éditoriales, dans les enseignements et les recherches menées en Faculté de Philosophie et Lettres à l’Université de Liège.